L'EXPERTISE LOCALE AU SERVICE DES ENTREPRISES FRANCILIENNES

La filière avicole se présente à l’occasion du Festival de la Terre 77

A l’occasion du festival de la terre de Seine-et-Marne qui se tiendra le 9 septembre, les Aviculteurs d’Île-de-France officialiseront la création de leur association dont l’objectif principal est de relancer une dynamique de filière et de favoriser les actions collectives entre éleveurs avicoles indépendants. La Région Île-de-France aux côtés de la profession agricole soutient ce lancement. 

CERVIA Eleveurs IDF Chardon Juillet 2018 Daya 718 7260  CERVIA Eleveurs IDF AutrucheRieuse Juillet 2018 Daya 718 6017  CERVIA Eleveurs IDF Belliot Juillet 2018 Daya 718 6935 

Un peu d’histoire

Historiquement, l’élevage de basse-cour assurait un revenu complémentaire aux exploitations de polyculture-élevage franciliennes, qui commercialisaient les volailles engraissées aux rôtisseries de Paris et primeurs de la Région. Les évolutions agricoles de l’après-guerre, orientées vers une spécialisation des systèmes de production, ont donné à l’aviculture une place tout à fait secondaire dans l’organisation du travail agricole. La diminution de main d’œuvre agricole et l’augmentation des surfaces en céréales ont accéléré l’abandon de l’aviculture chez les cultivateurs pour lesquels elle n’était qu’une ressource accessoire.

Depuis la deuxième partie du XXème siècle, la demande alimentaire nationale soutenue en produits avicoles a poussé à la mise en place de partenariats forts entre producteurs et industriels. En Île-de-France deux types d’élevage avicoles se distinguent : les éleveurs en « intégration », liés par contractualisation à une entreprise privée, et les éleveurs « indépendants », qui concentrent pour la plupart, sur leur exploitation, les étapes de production, transformation et commercialisation des produits d’élevage. Sur les deux dernières décennies, de manière globale le cheptel avicole francilien a diminué. Cependant, la dernière période, marquée par des crises sanitaires et l’émergence de compétiteurs internationaux sur les produits avicoles, ont alimenté la méfiance des consommateurs vis-à-vis d’un élevage industriel.

Le retour à des circuits de proximité et à des relations directs avec les éleveurs et producteurs ouvrent donc aujourd’hui de nouvelles perspectives pour toute la filière régionale.

 

Des élevages facteurs de diversité et de production de qualité sur le territoire francilien

L’élevage avicole francilien rassemble aujourd’hui 120 producteurs indépendants, principalement situés en Essonne, Seine et Marne et Yvelines. La grande majorité des éleveurs d’Île-de-France a fait le choix de se tourner vers des filières courtes de commercialisation. Ils présentent, entre eux et au sein même des élevages une grande diversité de production dans les espèces présentes sur les fermes (poulets, dindes, canards, pintades, poules pondeuses,…) et dans les formes de produits commercialisés (volailles entières, découpées, transformées, volailles BIO, œufs plein air, …).

La plupart des exploitations sont des exploitations de grandes cultures diversifiées en volailles fermières. Les densités y sont faibles et la croissance des volailles lentes. Les éleveurs fabriquent au moins une partie de l’aliment à la ferme grâce aux céréales produites sur l’exploitation.

Eleveurs fermiers, les aviculteurs sont sensibles au bien-être animal et à l’environnement. Ils participent au maintien des paysages ruraux, à la protection de la santé publique et assurent la production de produits alimentaires de qualité.

 

CERVIA Eleveurs IDF Belliot Juillet 2018 Daya 718 7623  CERVIA Eleveurs IDF Belliot Juillet 2018 Daya 718 7311  CERVIA Eleveurs IDF Chardon Juillet 2018 Daya 718 8146 

Les aviculteurs se mobilisent autour d’un projet commun ; la création d’une marque régionale

Fin d’été 2017, la volonté d’un groupe d’éleveurs de relancer une dynamique de soutien et d’échanges au sein de la filière avicole pousse à la réunion de 24% des éleveurs franciliens au siège de la Maison de l’élevage. Au-delà des difficultés sanitaires et réglementaires, l’enjeu est aussi d’arriver à défendre la spécificité de ces élevages fermiers divers (volailles de chair, volailles pondeuses, canards, autruches,…) mais soumis aux mêmes contraintes. La démarche aboutit donc le 12 février dernier sur la création d’une structure collective permettant de répondre à leurs attentes, l’association, Les Aviculteurs d’Île-de-France, qui permettra de regrouper les aviculteurs autour d’un accompagnement technique et d’une animation de filière.

Ses objectifs sont :

  • Fédérer les aviculteurs d’Île-de-France,
  • Faciliter un suivi technique et vétérinaire qualitatif,
  • Organiser l’offre en produits avicoles régionaux afin de répondre à la demande croissante en produits locaux de la population francilienne.
  • Faciliter les relations entre les différents acteurs de la filière et agents du territoire.

L’association souhaite également rejoindre la démarche des éleveurs ovins et bovins d’Île-de-France par la création d’une marque régionale. Une marque permet une meilleure connaissance et reconnaissance du produit, elle représente un gage de qualité et de sécurité pour le consommateur. Elle clarifie les caractéristiques spécifiques qui différencient le produit. La marque est donc un vecteur de communication auprès du grand public autour du produit qu’elle identifie et des caractéristiques de ces élevages qui répondent aux attentes des consommateurs.

Les caractéristiques des élevages défendues par l’association entendent répondre aux attentes des consommateurs sur différents points :

  • Les races rustiques à croissance lentes sont élevées en plein air, sur de faibles densités et suivant des pratiques d’élevage adaptées aux cycles de croissance et au bienêtre des animaux.
  • L’alimentation des animaux provient préférentiellement des céréales cultivées sur l’exploitation. Les rations équilibrées garantissent une alimentation saine pour un produit de qualité.
  • Les animaux sont élevés en plein air, sur des parcours herbeux et entretenus.
  • Les produits d’élevages sont commercialisés directement à la ferme ou en circuits courts via des opérateurs du territoire, limitant ainsi les kilomètres de transport parcourus tout au long du cycle de vie du produit final et répondant à la quête de relocalisation de l’alimentation.

 

6 enjeux poursuivis par cette nouvelle marque francilienne

  • Garantir au consommateur et aux restaurateurs des produits variés, sains, de qualité et d’origine identifiée pour répondre à leurs attentes tout en permettant une rémunération de l’éleveur.
  • Dynamiser l’agriculture locale et les acteurs l’entourant en permettant le maintien d’outils locaux (abattoirs, ateliers de découpe, centres de conditionnement, boutiques locales) ainsi que la création d’emplois sur ces outils, la cohésion des producteurs, artisans, transformateurs, distributeurs autour d’une marque, la transmission d’un savoir-faire francilien propre.
  • Construire une identité francilienne forte autour de savoir-faire locaux et d’une agriculture attractive.
  • Favoriser la diversification des exploitations agricoles par la mise en place d’atelier d’élevages sources de services écologiques et économiques non négligeables.
  • Permettre la transmission des exploitations d’éleveurs passionnés aux générations à venir en leur assurant une rentabilité économique et une sécurité face à un contexte mondial incertain.
  • Maintenir un tissu rural et des paysages appréciés de tous.

 


Un projet de regroupement des aviculteurs d’Île-de-France soutenue par la Région

Aux côtés de Christophe Hillairet, Président de la Chambre d’Agriculture d’Île-de-France, Marc Lesty, Président de la Maison de l’élevage d’Île-de-France, Franck Chardon, Président de l’association Les aviculteurs d’Île-de-France, Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France, va donc officialiser la démarche de la fédération des aviculteurs d’Île-de-France, avec l’appui du Président du Centre régional de valorisation et d'innovation agricole et alimentaire (CERVIA Paris Île-de-France) Gérard HEBERT, conseiller régional.

Search